Actu LyonTurin_SaintMartinLaPorte

Publié le 24 juillet 2017

Le Lyon-Turin doit continuer

Les élus de gauche du Conseil départemental de la Savoie, rassemblés au sein du groupe « Savoie Pour Tous », ont pris connaissance du souhait du Gouvernement de mettre « en pause » le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin, parmi d’autres projets d’infrastructures de transport.

Cette déclaration suscite en Savoie de légitimes inquiétudes. A ce jour, le Lyon-Turin a en effet dépassé le stade d’un simple projet.

Afin de demander des garanties sur la poursuite des travaux, les élus du groupe Savoie Pour Tous ont adressé un courrier à madame Elisabeth BORNE, ministre chargée des transports, avec laquelle Thierry REPENTIN s’est déjà entretenu lundi 10 juillet.

 

Pourquoi le Lyon-Turin doit continuer :

Les travaux d’excavation ont débuté : 10% en ont déjà été réalisés. Sur le seul chantier français de Saint-Martin-la-Porte, près de 400 salariés sont actifs.

En juin dernier, la société chargée de réaliser la liaison ferroviaire a présenté 80 nouveaux marchés qui seront lancés dans les deux prochaines années, pour un montant total de 5,5 milliards d’euros.

De plus, l’accord conclu sur le financement du Lyon-Turin est respectueux des intérêts français. Alors que 70% de la ligne ferroviaire sont situés en France, l’Union européenne participe à hauteur de 40% et l’Italie à hauteur de 35% du coût total du projet.

La représentation nationale a d’ailleurs déjà eu l’occasion de se prononcer sur la ligne ferroviaire du Lyon-Turin. En décembre 2016, l’Assemblée nationale a autorisé la ratification de l’accord entre la France et l’Italie prévoyant le lancement des travaux. Elle a été suivie, en janvier 2017, par le Sénat. La loi a été promulguée le 1er février dernier.

Permettant de réduire le transport routier dans un territoire particulièrement vulnérable à la pollution, le Lyon-Turin est aussi un axe structurant pour les échanges européens et attendus par les acteurs économiques.

Infrastructure d’avenir alliant ambition écologique et vision économique dans une dimension européenne assumée, le tunnel de base de la liaison ferroviaire Lyon-Turin est un ouvrage qui ne peut être comparé aux autres projets aujourd’hui mis « en pause ».

Si l’ambition du Gouvernement d’établir une programmation réaliste et financée des nouveaux projets d’infrastructures de transport peut être partagée, il est aujourd’hui nécessaire que des garanties soient apportées quant à la poursuite du chantier entamé du Lyon-Turin.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑